English Version
English Version

GALERIE GEORGES VERNEY-CARRON


Retour à la liste Précédent Suivant

 

45 quai Rambaud, 69002 Lyon

04 72 69 08 20

gvc@art-entreprise.com

www.galerie-verney-carron.com

 

Du mardi au vendredi de 14h à 19h, le samedi de 14h30 à 19h – entrée libre

Métro A station « Perrache » ; tram T1 et bus 63 station et arrêt « Hôtel de Région – Montrochet » ; bus s1 arrêt « Confluence – La Sucrière »

 

Georges Verney-Carron a toujours exercé son activité de galeriste à travers une collaboration étroite avec les artistes, qu’il présente parallèlement dans l’espace public avec sa société Art/Entreprise, qui a pour mission de réconcilier le monde de l’entreprise, le monde des collectivités et celui des créateurs. Sa programmation compte aussi bien des noms reconnus tels que Daniel Buren, François Morellet, Julije Knifer, Felice Varini, Michel Verjux ou Sarkis, présents dans les collections privées et publiques, françaises et internationales, que des talents issus de la jeune scène artistique émergente : Vincent Leroy, Ghyslain Bertholon, Mihael Milunovic, Julie Sorrel, Laurent Suchy…

 

 

MUN (multiples uniques noués)/


Lost in Space, Lawrence Weiner  

MUN (multiples uniques noués)

Du mardi 13 septembre au vendredi 28 octobre 2011

Vernissage le mardi 13 septembre 2011 à partir de 18h

 

Entre Docks Art Fair et la Biennale de Lyon, Georges Verney-Carron et Alexis Jakubowicz proposent une troisième forme d’exposition, celle du Salon. Ils invitent ainsi Daniel Buren, Philippe Cazal, Claude Closky, Peter Halley et Lawrence Weiner à disposer onze tapis sur les murs et le sol de la galerie. Editée en série limitée par la maison Chevalier, chaque pièce est multiple et unique, nouée main au Népal. Ces œuvres d’art et d’artisan rappellent l’histoire des premières expositions : les salons académiques du Louvre et du Palais Royal étaient précisément ordonnancés par des tapissiers. Décorateurs et scénographes, ces peintres volontaires avaient la double tâche d’organiser les tableaux dans l’espace et d’en commettre le plan dans un livret.

Les artistes présentés dans MUN réhabilitent la fonction des tapis dans l’espace en aménageant la Galerie Verney-Carron en pièce à vivre. Du « Ici » de Closky au « Lost in Space » de Weiner, le visiteur est prié d’arpenter le salon les pieds sur terre et l’œil dans un livret produit pour l’occasion. Seule exception à cette géographie fastidieuse, les tapis supersoniques de Patrice Carré, suspendus au plafond, promettent de parcourir l’exposition en un rien de temps.

 

 

   

SUIVEZ NOUS/


you-tube

Recevez des offres privilégiées et suivez l'actu biennale !

AGENDA RÉSONANCE


Agenda Résonance RESONANCE AU JOUR LE JOUR

Voir l'agenda